Consommation responsable
Les Français disent “oui”
à la consommation responsable

72% des Français se disent mobilisés en faveur d’une consommation responsable. C’est l’un des enseignements du 14e baromètre Consommation responsable*, publié par GreenFlex et l’ADEME (Agence de la transition écologique) le 25 mai. Au quotidien, cela veut dire pour 61 % des sondés réduire sa consommation. Pour 33 %, la priorité est au recours à des produits durables. Cette prise de conscience résulte d’une remise en cause du modèle consumériste :

selon 88 % des personnes interrogées, nous vivons dans une société qui nous pousse à acheter sans cesse. D’où leur souhait d’une publicité plus informative et moins incitative : “Les entreprises et les marques doivent réinventer leur façon de communiquer et réorienter leurs messages vers une information utile si elles veulent continuer à exister aux yeux de consommateurs de plus en plus clairvoyants et engagés”, commente Laure Blondel, directrice conseil marques, produits et consommation responsables chez GreenFlex.

Bien Vu N°301 - Juillet-Août  2021 - Mes Clients

LES ENTREPRISES,
MOTRICES
DU CHANGEMENT ?

Pour accélérer ce changement, 7 Français sur 10 estiment que les entreprises ont un rôle à jouer. Paradoxe : 88 % comptent sur elles pour les guider dans leurs choix pour acheter moins et mieux, tout en leur accordant une confiance limitée (31 % en 2021, contre 27% en 2019).

*Étude terrain réalisée par Yougov du 9 au
11 mars 2021 sur un échantillon représentatif
de 1 008 répondants français de 18 ans et plus

Moral des
entrepreneurs

Avec le
déconfinement,
ça va nettement
mieux

Les feux passent enfin au vert ! Selon la dernière Grande consultation des entrepreneurs* réalisée par OpinionWay pour La Tribune, CCI France et LCI, l’optimisme chez les chefs d’entreprise a progressé de 9 points entre avril et mai. Soit un niveau équivalent à celui de l’au[1]tomne dernier, avant les 2 dernières vagues épidémiques. Un regain d’optimisme dont témoigne l’indicateur de l’optimisme qui s’établit à 82, contre 73 en avril.

Mais la vigueur de ce redressement reste corrélée à la taille des structures. Ainsi, pour les établissements de 10 salariés ou plus, le bond est spec[1]taculaire (+17 points) en passant de 72 à 89, tandis que pour les entreprises de moins de 10 salariés, l’indicateur est passé de 73 à 81 (+8 points).

Concernant l’horizon à un an de leur propre structure, 75 % des dirigeants sont confiants, contre seulement 64 % en avril.  Mais sur le plan macroécono[1]mique, la prudence reste de mise : 30 % (+8 points par rapport à avril) des répondants se disent confiants dans les projections globales de l’économie française, tandis que