Et si la crise du Covid-19 avait renforcé
votre lien avec vos clients ?

Selon une étude* réalisée par American Express, en partenariat avec l’institut YouGov, les commerçants de proximité disent avoir subi, en moyenne, une baisse de 40% de leur activité depuis le début de la crise sanitaire. Et 64% craignent même de manquer de trésorerie en cas de reconfinement. Toutefois, leur détermination semble intacte – 71% n’ont jamais songé à arrêter définitivement leur activité – et leur lien avec les Français sort consolidé de la crise. La moitié des commerçants (47%) juge leur activité importante pour la vie du quartier et près de 7 consommateurs sur 10 (69%) déclarent être attachés à leurs magasins de proximité.

 

Un attachement réciproque et durable

7 Français sur 10 (68%) sont convaincus que leurs boutiques de quartier participent à leur bien-être et 8 sur 10 (79%) estiment qu’elles leur facilitent la vie au quotidien, en particulier les 45-54 ans (84%). Plus
intéressant encore, 49% de points de vente voient leurs clients comme les premiers garants de la survie de leur activité et 1 Français sur 2 se rend plus souvent chez leurs commerçants de proximité qu’avant
le début du confinement, notamment les femmes (53%) et les seniors (52%). Confirmation d’une tendance globale vers des circuits d’achats plus courts et vers des acquisitions réalisables dans l’environnement immédiat des foyers.

Bien Vu N° 292 - Octobre 2020 - Mes Clients

* Enquête réalisée en juillet 2020 auprès d’un échantillon de 1 008 personnes et auprès de 184 artisans et commerçants de proximité.

Dépenses de santé : le reste à charge des Français continue de baisser

D’après la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), les dépenses de santé par Français se sont élevées à 3 102 € en 2019. Plus précisément, en 2019, le reste à charge par habitant a reculé pour atteindre 6,9% (contre 9,2% en 2009) : un montant qui représente 14,3 milliards € sur environ 208 milliards de “soins et biens médicaux”. Ce déclin est une tendance de fond, qui s’explique, selon la rees, par “le vieillissement de la population et le développement des pathologies chroniques qui font augmenter le nombre d’assurés exonérés du ticket modérateur”.

 

Des baisses, mais pas seulement

Toutefois, la réforme “100% Santé” aurait eu “un effet paradoxal”, amenant certains clients à assumer une partie des frais. Ainsi, à rebours de ce contexte de baisse globale du ticket modérateur, le reste à charge des soins dentaires a augmenté (21,1%), devancé par l’optique (22,6%), où le 100 % santé n’est toutefois entré en vigueur que début 2020. Plus largement, en prenant en compte les autres “dépenses courantes de santé” -dépendance, handicap, arrêts de travail, prévention, recherche-, le reste à charge des Français est resté stable à 9% sur un total de 265,8 milliards d’euros en 2018. Soit le taux “le plus limité” des pays membres de l’OCDE.