Le CCNOP
se féminise

2 nouvelles membres font leur entrée dans le Collège du Conseil national des opticiens de France, Lamya Savet, orthoptiste et formatrice et Amandine Millereux, opticienne-optométriste, gérante d’un magasin à Cannes (06), membre de l’Association française des experts en lentilles de contact et enseignante à la faculté de Nîmes. Une évolution du collège vers la parité homme-femme qui garantit sa représentativité au sein de la profession. Si 57 % des opticiens sont actuellement des opticiennes, ce pourcentage s’élève à 67 % chez les professionnels de moins de 35 ans.

Bien Vu N°300 - Juin 2021 - Mon Métier

L’Asnav veut sensibiliser
la jeune génération avec
une série de vidéos

En mars dernier, l’Asnav a lancé une campagne de communication sur les réseaux sociaux visant à sensibiliser le jeune public concernant les enjeux de la santé visuelle. L’association utilise ainsi les comptes Facebook, Twitter et Instagram de Purebreak, qui regroupe une large communauté de 15-34 ans… Avec un impact puissant, puisque la page Facebook compte à elle seule plus d’un million d’abonnés. Outre des posts et des stories, l’Asnav s’appuie sur une série de 4 vidéos, au ton léger. Durant ces séquences, on retrouve le comédien Baptiste Lorber, posant une question simple sur l’utilisation des écrans. “Saviez-vous que 20 secondes de pause toutes les 20 minutes peuvent reposer vos yeux ?”, demande-t-il. Chose originale pour une vidéo de cet acabit, une vingtaine de secondes se déroulent alors dans le noir, avec pour seule animation la voix du jeune homme, qui finit par rallumer la lumière. “Ça fait du bien non ?”, conclut-il. Les trois autres épisodes de ces “Tutos de Bapt” ont été diffusés les 28 avril, 30 avril et le 4 mai.

Optique-lunetterie de détail :
les partenaires sociaux lancent
une enquête sur les salaires

Suite à la première enquête en 2020, les organisations syndicales et patronales (Rof, Fnof, CFTC, CFDT, UNSA, CFE-CGC, CGT) ont décidé de reconduire le cabinet C&B Alternatives pour mener cette étude auprès des entreprises de la branche. Avec l’objectif de disposer d’in formations fiables sur les rémunérations des salariés de la branche, qui est un préalable à la négociation annuelle obligatoire de branche sur les revenus minima conventionnels. Cette enquête repose sur un questionnaire défini par les partenaires sociaux en Commission Paritaire Permanente de Négociation et d’Interprétation et chaque chef d’entreprise est invité à y répondre. Les informations communiquées par les entreprises seront traitées avec confidentialité par le consultant choisi par la branche. Seules les entreprises ayant participé à l’enquête bénéficieront de la restitution détaillée, tandis que les partenaires sociaux recevront une synthèse nationale, basée sur des données agrégées et anonymisées.