Décembre 2022

Mensuel pratique et interactif de l’optique

Une fin d’année en demi-teinte

Après une année 2021 exceptionnelle en termes de CA global, 2022 qui se clôt à la fin du mois affiche un bilan mitigé. Côté positif, vous avez récupéré de la marge et des capacités d’investissement. Les difficultés persistantes de recrutement vous ont incités à trouver des gisements d’efficience dans l’organisation du travail en magasin, l’animation de vos équipes, la gestion de vos stocks… En dépit des incertitudes qui ont pesé toute l’année sur la consommation, vous avez réussi à maintenir, globalement, votre activité en volume. Côté négatif, en 2021 et en 2022, les écarts entre les résultats de vos points de vente n’ont fait que s’accroître, montrant que, sur un marché qui continue sa croissance, tous les modèles ne sont pas opérants. Des disparités à surveiller en 2023, sachant que les pressions inflationnistes risquent de se renforcer dans les mois à venir. Du point de vue réglementaire, 2022 aura été une année encore marquée par une forme “d’insécurité”. Le PLFSS 2023 et le possible encadrement des marges du secteur ont déjà fait couler beaucoup d’encre et suscité de nombreuses inquiétudes dans toute une partie de la profession, opticiens et industriels. En dépit des amendements du Sénat excluant l’optique des projets de nouvelle régulation des produits LPP, la prudence reste de mise. À l’heure où nous imprimons, le gouvernement a, une nouvelle fois, enclenché le 49.3 sur la partie recette du PLFSS 2023 lors de la seconde lecture à l’Assemblée. Et devrait le faire également dans les heures qui viennent pour l’ensemble du projet de loi. C’est vrai, le ministre de la Santé a publiquement affirmé que le panier B (ou marché libre) n’est pas concerné par le texte. Sans pour autant appuyer une exclusion de l’optique en bonne et due forme de la loi. Quel que soit le contenu final du PLFSS 2023 adopté, il n’y a pas de changement immédiat à attendre pour votre activité. Mais, on le voit bien, si une inquiétude s’est manifestée au sein des professionnels du secteur, c’est bien que les fondements d’un certain modèle économique prévalant en optique depuis plusieurs années sont en jeu. Que ce soit une opportunité pour opérer une transition nécessaire ou un risque pour l’ensemble de la filière, l’enjeu est de taille et vous concerne directement.

Marie-Dominique GASNIER