“Notre projet est conçu dans l’intérêt
des opticiens et répond aux attentes
des Français”

Élu le 23 juin dernier à la présidence du Rof (Rassemblement des opticiens de France), Stéphane Corfias entend promouvoir, avec le Conseil d’administration du syndicat et l’ensemble des adhérents, un projet politique dans l’intérêt de tous les opticiens et répondant aux attentes des Français en matière d’accès aux soins visuels. Focus sur les principaux chantiers du syndicat pour l’année à venir.

• La formation. L’évolution de la formation des opticiens a fait partie des engagements des pouvoirs publics pris au moment du 100 % Santé, dont le Rof est signataire. “Nous souhaitons développer la dimension santé dans le métier”, déclare Stéphane Corfias, “sans opposer pour autant santé et commerce, cette “double casquette” faisant la noblesse de notre profession.” Pour le nouveau président du Rof, les opticiens ont collectivement démontré leurs compétences aujourd’hui via les délégations de tâches existantes. “Cela n’empêche pas de s’interroger sur la nécessaire évolution de la formation. Une formation en 3 ans pour tous les opticiens avec des liens plus étroits, via des stages communs par exemple, avec les ophtalmologistes et les orthoptistes.” Tout en conservant l’ophtalmologiste comme pivot de la filière de soins, le Rof met en avant la capacité des opticiens dans les déserts médicaux (49 départements sous-dotés en ophtalmologistes en 2022) à “libérer du temps médical” : “Notre approche est pragmatique et non dogmatique : compte tenu du maillage territorial des opticiens, ils sont une solution pour remédier aux problèmes d’accès aux soins visuels. Sans concurrencer les ophtalmologistes pour autant. C’est dans l’intérêt de tous les Français, quand on connaît les difficultés pour accéder à la prescription et les dépenses que certains doivent faire pour consulter loin de chez eux. Sans compter l’impact de ces déplacements sur l’environnement.”

• Faciliter le renouvellement avec adaptation. “Il y a actuellement 2,5 millions d’équipements renouvelés avec adaptation chaque année”, souligne Stéphane Corfias. “Mais il reste de nombreuses situations qui empêchent que ce dispositif se développe (difficulté à obtenir l’accord du

BV313-Actus

Stéphane Corfias, président du Rof
(Rassemblement des opticiens de France)

“Ce n’est pas le rôle d’un syndicat de prendre position pour ou contre les réseaux de soins. Mais notre mission est de nous assurer de l’équilibre des relations contractuelles et du maintien d’une concurrence loyale”